Safari baleines, iles lofoten

  • SumoMe

Apres deux mois de travail intensif, kris me propose de voyager durant 5 jours dans un des plus beau pays du monde où je suis actuellement, la Norvège. Au programme : Oslo, les iles Lofoten dans le nord, Andenes, et Trondheim.
Les clients sont plutôt sympa, kris en est ravi c’ est le dernier groupe qu’ il aura à s’occuper cette saison avant d’aller rejoindre les ours polaire au Spitzberg…

On arrive dans les iles Lofoten dans le grand nord norvégien, on les traversera du nord au sud grâce au conducteur John, un chic gars attachant. Plus le véhicule avance et plus les paysages semblent sortir de contes de fées. Les fjords sont partout, le décor est d’ une perfection absolue, la nature s’ est une fois de plus appliquée à bien faire les choses. Les iles en harmonie avec l’océan, le vert est luxuriant, le bleu azur et le soleil brille pour notre plus grand bonheur. La présence des hommes se fait rare et tant mieux, ca laisse un peu plus de magie et de naturel chose qu’ on a peu l’habitude de voir de nos jours.

Qui aurait cru trouver du sable blanc comme neige dans le grand nord et des eaux dignes de Polynésie dans certains endroits de cette partie de Norvège ? Les gens vivent en harmonie avec la nature et la respecte bien plus que dans certains pays de la planète, quand en France ce respect est nul.
Ici, les panneaux de publicité sur la route, les déchets et routes par milliers n’ existent pas. Tout ceci est qualifié de pollution visuelle pour les norvégiens, la nature est belle ils veulent la laisser intacte. D’ailleurs on verra beaucoup de tunnels passant sous les montagnes afin d’ éviter la couleur goudron autour de celles ci pour cacher au maximum le passage de l homme. On coupe le moins d’arbres possible et on laisse la nourriture pour les animaux sauvages comme les champignons qui sont la nourriture favorite des reines.  Les gens vivent simplement, de pèche ou des métiers en relation avec la mer.
De mars à juillet on peut y voir le soleil de minuit, le soleil ne se couche pas, il frôle  l’horizon et remonte aussitôt. Mais le contraire arrive durant l’ hiver, les aurores boréales offrent un spectacle de lumières variés. Pour les Sami, une ethnie finlandaise, ce sont les messages des esprits qui annoncent de bonnes ou mauvaises nouvelles selon la couleur des lumières. Il faudra revenir pour assister à ce spectacle.

Le lendemain c’ est LA journée du voyage, on va sur la route des baleines, plus précisément des cachalots 🙂 mais d’abord on a une présentation plus précise du mammifère grâce aux explications d’une spécialiste au musée. Dans ces mers du nord, il n’ est pas rare d’apercevoir les cachalots donc, mais aussi les orques, les baleines bleues et les baleines de Minsk. Ces dernières sont d’ailleurs chassées par les norvégiens, alors qu’ elle est partout interdite depuis 1946 excepté au Japon, en Norvège et en Island. Certains disent que c’ est dans leur traditions, d’ autres pour la recherche scientifique ..
Au japon, il est fréquent que des écoliers assistent au dépeçage de baleines pour transmettre la traditions aux plus jeunes. En Norvège, ce serait aussi une tradition et surement pour se différencier une nouvelle fois des pays voisins et pour démontrer leur indépendance.  Ils continuent à chasser ces magnifiques mammifères qu’on appel baleines de Minsk, ils en prélèvent a peu près 600 par ans. Mais qu’elle hypocrisie quand on sait qu’ une baleine a besoin de 2 à 3 tonnes de poissons par jours, ca ne ravie en aucun cas les hommes qui vivent de la mer.. Comme les pécheurs. Et comme de par hasard ce serait les pays qui exportent le plus de poisson au monde, saumon, hareng et thon.. la nourriture préféré des baleines.. les baleines sont une menace pour leur commerce, donc l’ extinction de l’ espèce serait une issue pour plus de profit… La baleine est gênante ici et le sera toujours.
Les cachalots sont des baleines à dents et non à fanons comme les baleines à bosses ou baleines bleue. Cette espèce est  dite cosmopolite car on peut la trouver dans toutes les mers du monde mais en général les males restent dans les mers arctiques  et les femelles dans des eaux plus chaudes, ce qui fait que pendant la saison de rut, c’est le mal qui rejoindra la femelle.

Sur le bateau catamaran,, les hélices commencent à tourner quand en même temps, le visage des clients deviennent bien pale.. Le mal de mer commence, nous en avons pour 4 heures..

L’ océan est assez agité et le bateau plutôt petit, certains ne supportent pas, ils resteront même à l’ arrière du bateau accroupies, un sac plastique conçu pour les malades entre leurs mains et ne bougeront pas durant toute l excursion… quel regal ! Alors même si ca tangue un peu et que mon estomac n’ est pas au top, il est interdit que je loupe ce spectacle unique !  Nous sommes d’ailleurs aux premières loges avec Kris, à l’avant du bateau pour admirer le premier venu, majestueux cachalots qui se tortille dans tous les sens. Un guide spécialiste derrière nous nous  assure que c ‘est la première fois de la saison qui voit ce spectacle. On a bien vu le rostre du mammifère, se mettant à la verticale et laissant dépasser son museau bien arrondit comme je l’avais imaginé ! Tout ceci me rappel évidemment mes sorties en mer en Polynesie ou nous avons nagé avec les baleines à bosses. Décidemment, j en vois des choses !!
4 observations de cachalots auront été vu ce jour là sous un ciel radieux malgré le froid.
Je demande par curiosité à une guide sur le bateau si il est possible de plonger avec ces géants des mers, elle esquisse un sourire en me répondant que certains spécialistes y vont mais même eux ne sont pas rassurés et reviennent généralement avec plus de peur que de mal mais le mal pas loin…  «  ca reste des animaux sauvages, il ne faut pas l’oublier » Enfin j ai l’ impression qu’ elle n’ y connait rien surtout  et que c’ est plus un avis subjectif que la réalité. Comme me dit Kris, ils ont été habitué à manger du plancton et du hareng, pourquoi gouteraient ils des hommes maintenant.. et ayant nagé avec les baleines à bosses deux ans auparavant, je serai deja morte si c’ etait le cas, apres je dis pas, ca dépend peut être des espèces..

Comme avec les orques, on m’ avait dit qu’ il serait dangereux de plonger que les animaux peuvent être agressifs auprès des hommes. Mais en parlant au spécialiste de l’ animal  dont le métier et de présenter des safaris plongée avec ces animaux, il nous répond que jamais d accidents n’a été enregistré à l’ état sauvage. Les accidents se font à l’ état captifs, où l’ animal est stressé et n’ a pas de repères.
Vous vous rappelez surement de  l’ ouvrage Moby dick, la célèbre baleine tueuse qui a fait naufrager un baleinier américain en 1820.. Certains disent « légende » d’ autres y croient. Celle ci aurait tué plusieurs hommes et les 21 survivants sur une ile déserte auraient fait acte de cannibalisme. Les 3 survivants auraient écrit l histoire de ce voyage étonnant.

A vous de juger si il faut plonger ou pas….

 

Enfin après l ‘excursion plus qu’ intéressante, Kris en propose une autre cette fois réservé aux oiseaux et aux phoques. 12 sur 20 sont tentés. Un petit bateau à moteurs nous emmène au large voir les iles aux oiseaux. La mer est aussi bleue que le ciel, le soleil nous chauffe la peau et le conducteur  de l’engin semble apprécier les sensations forte..

On arrive devant les fou de bassan, puis les macareux au milieu des aigles pécheurs et enfin les phoques. Tout ceci est magique, quelques ilots sortis des mers font office d habitats pour les animaux et nous somme ravis d ‘être pendants un instant parmis eux.

 

 

 

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.