Siem Reap; Une ville, une histoire

  • SumoMe

Le Cambodge? Des ouïe-dire sur un pays où beaucoup de richesses sont encore à découvrir, sur un peuple qui mérite d’être rencontré, des reportages qui m’ont donne envie de fouler ses terres, et parce que tout simplement c’est l’Asie, continent dont je suis tombée amoureuse.
Me voilà arrivée au Cambodge après des heures d’avions, je foule la terre rouge d’Asie où le soleil m’accueille généreusement. Ca y’est je passe la porte de l’aéroport, « A business visa please » mais sans une lettre de mon employeur, il me dira ok après quelques minutes de négociations..
Oui, j’ai omis d’énoncer que je rentre en tant que stagiaire à l’agence Terre Cambodge ; agence réceptive francophone spécialisée sports et aventures. Alors l’aventure commence ici, si vous voulez bien me suivre..
Mon sac de backpacker sur les épaules, les lunettes sur le museau, je rencontre Darra qui m’amènera jusqu’à l’agence afin de rencontrer l’équipe Terre Cambodge. C’est ensuite à la guesthouse Firefly que je poserai mon sac pour une durée de 4 jours. J’attends Estelle, la future assistante de direction avec qui je partagerai un logement sur Siem Reap, lieu de mon séjour au Cambodge.
En attendant c’est le week-end, l’agence est fermée, je peux donc visiter les lieus même si j’avoue être fatiguée du périple mais si excitée d’être ici.
Siem Reap:
La haute saison se trouve de Novembre à Mars et autant vous dire qu’elle se fait bien ressentir. Les voyageurs sont venus à Siem Reap par milliers afin de visiter les majestueux temples d’Angkor, classés 8ème merveille du monde que je compte bien découvrir aussi.
Les fameux transports locaux nommés “tuk-tuk” se battent pour m’amener jusqu’au centre de la ville tout près d’ici où sur la route, les motos, vélos, tuk tuk et voitures s’entremêlent et je me surprends à rire de toute cette nouveauté et ce dépaysement soudain.
Me voilà lâchée au milieu de la ville exactement dans un quartier nommé Psar cha. En faisant quelques pas, je m’arrête étonnée et l’air dubitative devant deux hommes aux allures Européennes les pieds plongés dans de grands aquariums grouillants de poissons plus ou moins gros.. Après explication, les poissons laveurs mangeraient les peaux mortes de nos petons.. why not !!! Je me laisse moi aussi tenter cette expérience nouvelle mais croyez moi chatouilleuse les 5 premières minutes ! Enfin, j’aurai eu de la compagnie pendant 1h avec ces deux Hollandais qui m’ont parlé de ce cher pays tout le long , les pieds dans l’eau sur un trottoir de la ville..
Affamée, il ne m’a pas fallu beaucoup de temps pour trouver quelque chose à me mettre sous la dent dans cette ville.. Les restaurants ont l’air aussi bons les uns que les autres et les prix sont tout aussi délicieux.. On m’avait bien dit que j’allais me régaler ici, désormais je peux confirmer, vive le Cambodge !!!
Ce n’est que peu après que j’ai rencontré Ida en bord de route grâce à une cigarette donnée. Blonde, grande, de grands yeux bleus, je comprends de suite qu’elle vient du nord de l’Europe, cette fois ci ce sera le Danemark.
J’étais partie pour seulement partager une cigarette mais le voyage en aura décidé autrement, nous racontant nos deux vies autour d’une, puis deux puis 3 bières et cette étrange substance qu’on appelle le wisky khmer… Hhhuuum… spécial !!! Nos langues se délient et m’aide à renouer avec l’anglais.
La ville est animée surtout cette rue que vous ne risquez pas de louper.. la Pub street, et pour cause, la musique est partout autour de nous et nous nous laissons tentées par ce bar au loin ou le monde ne manque pas.
Waouuuuu !!!!! J’aimais j’aurai cru qu’ on puisse trouver ce genre de bar au Cambodge, une vraie boite de nuit ouverte où les gens se retrouvent danser sur des podiums dans un espace gigantesque.. jamais je m’aurais imaginé une telle expérience ici. Comme quoi, c’est marrant les appréhensions et l’idée qu’on se fait d’un pays avant de le rencontrer vraiment. Des Cambodgiens se joignent à nous, on décide de les suivre dans un autre bar « Le hip hop club » beaucoup plus local mais toujours aussi festif. Bref, au final, mon premier jour à Siem Reap aura été intense… je m’en rends compte à 4h du matin mangeant du riz fri au bord de la route accompagnée de Cambodgiens toujours en soif de rencontres… et ca m’enchante !
Tout ca pour vous dire que le Cambodge est source de rencontres inattendues, ainsi que ses lieux et ses villageois. « Everything is possible » serait surement la devise de cette arrivée au Cambodge…
A suivre..

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.