Une journée au Cambodge. Siem reap et les temples d’Angkor.

  • SumoMe

Assise à la terrasse d’un café, je regarde les gens qui se fondent dans la rue à la recherche d’un coin secret, regardant autour d’eux comme s’ils venaient de naître. Les truk-tuk désespérés squattent le bord des routes en quête de nouveaux passagers, succédant les refus des voyageurs indifférents.
Siem reap a son charme, de multiples paysages s’offrent à nous, je déambule les rues et me retrouve au sein des plus extravagantes avec les décorations de Noël, pensées spécialement pour nous, occidentaux. Le soir de ce jour de fête, une fontaine prend vie sur une symphonie du célèbre Vivaldi en plein cœur de la vile, et ce spectacle profite à tout le monde. Les scooters, vélos et tuk- tuk s’arrêtent le temps de cette danse, émerveillés par l’envoutement que la fontaine animée transmet. Mais le calme n’est pas si loin, un petit pont de bois surplombe une rivière ou celle-ci apaise ceux qui la contemplent. Les moines et leurs toges orange, colorent les rues et réchauffent les cœurs. La pauvreté est pourtant bien là et les jeunes de rues ont bien appris que les touristes ne venaient pas sans argent, certains s’agrippent même aux bras de  voyageurs en suppliant 1 dollar ou 2. Beaucoup seraient digne d’un spectacle de Shakespeare, se forçant à plisser les yeux dans le but de sortir une larme afin d attendrir les passants. Les parents non loin observent leurs progénitures pensant que la pitié suffira à récolter quelque chose.

Enfin, on a décidé de fêter Noël avec Estelle dans un resto français. On s’est régalé d’autant plus qu’un plateau de fromage et un verre de vin rouge nous ont été apportés et offerts par le manager.. j’aime Noel !! On avait sorti nos belles robes pour l’occasion, essayant de se consoler du fait d’être loin de nos familles.. On se fait plaisir comme on peut..

Quelques jours plus tôt, nous sommes partis sur nos vélos à la recherche des fameux temples d’Angkor. Siem reap est connu pour ses temples où se mélangeait autrefois rois et dieux à travers des siècles dans l’ancienne capitale, qui porte le même nom; Angkor.

Nous arrivons à destination, devant l’entrée d’Angkor Vat, le plus grand, le plus connu. Certes, l’histoire de ce lieu apporte inévitablement du tourisme donc des touristes, mais il faut le reconnaître, c’est aujourd’hui inévitable pour visiter l’une des 7 merveilles du monde. Enfin, la foule n’enlève rien à la beauté, au charme et au mystère des pierres.

Evidemment à l’entrée du temple, des cambodgiennes nous interpellent, les shorts ne sont pas acceptés, on a du donc acheter des pantalons en bord de route et se changer derrière une baraque à fruits.. ca c’est fait !

La balade a duré toute la journée, sillonnant les passages dans la forêt, l’odeur humide de la végétation nous accompagnent ainsi que les cigales de leurs chants stridents et irréguliers. On s’arrête devant un petit temple, une gamine tiens un singe dans les bras, je m’approche mais l’animal mesquin me prend la main et me mord aussitôt.. Bon, je n’ai décidemment pas de chance avec ces animaux. En Inde,  je me rappelle d’une fois ou un singe m’avait baissé mon short pour atteindre les fruits que je tenais en main… Ca m’apprendra à faire trop confiance aux bêtes..

On s’aperçoit avec étonnement que nous ne sommes pas nombreux à vélos, préférant les tuk-tuk, les touristes sont le plus souvent avachis dans leur sièges, ils nous regardent du coin de l’œil en se demandant silencieusement pourquoi on s’était infligé une telle chose sous cette chaleur.. Mais nous, on préfère l’aventure avec Estelle, et on en est fière !

           

Prohm Thom se tient devant nous. Ce temple nous émeut presque, on scrute les arbres qui avec le temps ont fait de leur prisonniers les pierres d’en temps. Je m’imagine alors les aventures de Tomb raider, arpentant ces lieux, on s’y croirait presque. D’un coup, les coréens et chinois débarquent par groupe de mille, impossible de prendre une photo potable de ce lieu magique.. Estelle prend alors l’initiative de grimper sur un des murs laissant apparaître une minuscule paroi où elle a seulement la place de poser la moitié d’un pied… La voilà suspendue en altitude, s’agrippant comme elle peut entre deux murs, le portable d’une main, l’autre dans la mienne afin qu’elle garde un certain équilibre.

Ha, on a l’air maligne !!
– « Montre moi ? »
– A refaire, on voit pas le bas du temple !
-Mouais.. »
Enfin après un moment, entre rires et agacement, on l’a eu notre photo !!

On se balade dans le passé et j’imagine les anciens rois habitant ces murs, plus beaux les uns que les autres même si certains ont triste allure et sont enseveli par d’autres pierres, il est facile de s’imaginer la beauté de ces lieux des siècles auparavant.

On fini la journée d’un file rouge autour du poignet pour marquer notre prière au sein du temple Bayon, le site entouré de 216 visages semblent monter la garde représentant le pouvoir du roi jayuverman VII, mais aussi la protection des dieux sur l’univers. Estelle s’arrête soudain, effarée du geste du touriste coréen à ses cotés. Je comprends alors, avec la bouteille en plastique au sol, que l’homme aurait laissé tomber sa bouteille en plastique vide, l’air de rien. Mais aussitôt, elle l’interpelle lui rappelant que ce site doit être respecté, lui montrant du doigt une poubelle mise à disposition.. J’adore ! Le voyageur a moins apprécié, esquissant un sourire nié et gêné..

Nous rentrons avec des images pleins la tête avec le chant des cigales qui nous accompagnent toujours..
Ayant guidé dans la jungle du Népal, je me remémore les souvenirs encore forts de la rencontre avec les animaux sauvages dont le tigre.. malgré que je sois en Asie, ici il n’en reste plus ou peut être une dizaine dans le fin fond du Cambodge.. La réalité l’emporte et la nostalgie me rattrape..  J’envie  les anciens de ce pays dont certains d’entre eux ont surement fait de magnifiques rencontres avec le roi de la jungle et peut être même, milieu des ruines d’Angkor….

 

 

 

 

 

 

 

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.